· 

COMPOSITRICE DE RENOMMEE MONDIALE de Harry Schmidt pour le Ludwigsburger Kreiszeitung du 23 juillet 2018

Photos : Martina Woerz

 

Ses fans célèbrent la participation de Laura Pergolizzi au festival de Jazz en plein air de Stuttgart. Une présence sur scène extraordinaire.

 

 

 

Ludwisburg.

 

Les premières sont arrivées le matin à 9h. Depuis, des grappes de participantes se regroupent en s’agrandissant toujours plus. Ce sont les fans de la chanteuse new-yorkaise et compositrice Laura Pergolizzi, qui fut découverte par David Lowery. Elle était déjà l’auteur de chansons pour des stars comme Rihanna, Cher, Christina Aguilera, Rita Ora ou les Backstreet Boys, chansons qui sont devenues des hits (tubes). C’est alors qu’elle obtint un succès mondial avec "Lost On You" sous le nom de LP. Ses supporters (fans) ne sont même pas plus jeunes qu’elle, mais sont composés essentiellement de femmes.

 

En moyenne, elles sont plus nombreuses que dans le public du « Jazz Open Festival » (que dans le public dans autres chanteurs du Jazz Open Festival) dans le cadre duquel LP se produit à Ludwisburg.

 

Encore une fois cette année, la Scala fait partie des différentes scènes du festival de Stuttgart.

 

Après le concert grandiose de Marcus Miller (nous en avions fait le compte rendu), la venue de LP vendredi soir a rempli la salle, la vente des billets d’entrée étant épuisée depuis des semaines. Les spectatrices sont venues avec des posters, photos, banderoles, T shirts et autres « objets de dévotion » dont elles décorent le bord de la scène, l’une apporte même tout un paquet de cadeaux. L’admiration pour Laura Pergolizzi vient aussi du fait que la chanteuse de 37 ans ne cache pas vivre dans une relation homosexuelle. LP est également une icône gay.

 

Un cœur rouge plane au dessus des têtes. Cris et exclamations dans la salle à l’arrivée de LP et de ses quatre musiciens avec un quart d’heure de retard. Portant un pantalon vert et un T shirt jaune avec une petite veste en lamé doré qui parait trois tailles trop petites sur le corps nerveux de la frêle artiste amaigrie. Les boucles brunes de ses cheveux en bataille retombent sur son front et ses yeux.

 

 

 

Du rock indie évident soutenant des mélodies accrocheuses

 

Son air de garçon citadin rétro-chic de Greenwich Village rappelle un peu le Bob Dylan à ses débuts. Musicalement par contre, on la remarque clairement dès les premiers morceaux "Up Against Me" et "Tightrope". LP représente un rock indie évident dont les mélodies prenantes et faciles à retenir, tendent vers un son d’hymnes de stade comme U2 et les Simple Minds et s’orientent également vers la pop conventionnelle. Mais en cela, la musique de Laura Pergolizzi est plus convaincante que celle de beaucoup de ses collègues masculins.

 

Car LP possède tout ce dont on a besoin pour incarner une vraie star. Son rayonnement androgyne est lié à sa présence extraordinaire sur scène. Elle possède une voix incomparable et si évidente. Sans difficultés, elle change de registres d’une façon frappante comme elle le fait dans "Recovery", une de ses rares nouvelles chansons qui part dans les hauts puis va finir dans un tremblement très contrôlé.

 

En tant qu’auteur compositeur, Laura Pergolizzi atteint un niveau mondial et le mot « zéro » peut rimer avec « héro » comme dans "Other People". Le fait qu’elle utilise la guitare, le ukulélé, l’harmonica ou le tambourin fait d’elle un chef dirigeant incontesté de ses musiciens. Et de plus, elle sait siffler d’une manière incroyable.

 

Des foulées lourdes de fatalisme sillonnent au loin avec "Muddy Waters", un galop assourdissant accompagne "Into The Wild". Une prise de country s’accordant au rock des années 70 sont des références revenant sans cesse dans la musique de LP. Le cœur bat à toute allure avec "Dreamer". LP est jusqu’au bis orientée vers la droite et se retient au micro du bassiste. Même si, au fur et à mesure, une impression d’uniformité apparaît, le spectacle donné sur scène par LP apporte énormément au public : une grande chanteuse dans le corps d’une auteur compositeur gracile.

 

[Un groupe électro en première partie]

 

Après "Lost On You" tout naturellement en final et un rappel attendu, Laura Pergolizzi serre les mains et signe des autographes et les plus convaincus sont ainsi récompensés de leur longue attente.

 

Acclamée à la Scala, l'auteur compositrice et interpète LP. Photo de Martina Woerz.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Fournier Jacqueline (mardi, 04 septembre 2018 18:02)

    Très cool cette traduction,merci a vous .