· 

“TEAR IT DOWN (DEMOLIS-LE)” PAR SPOON – UNE CHANSON COECRITE PAR LP

Article original (rédigé par LP Pleasures) : https://lppleasuresproject.com/pleasures/tear-it-down-spoon-co-written-by-lp/

[merci de le consulter pour avoir accès au lien Spotify et aux photos]

 

Traduction (par Fragments d'Agnès) :

C’est intéressant, cet effet domino, comment un léger changement se répercute sur un autre, et on finit par se retrouver dans un endroit complètement différent, parfois même contre toute attente au bon endroit. C’est ce qu’il s’est en quelque sorte passé quand Britt Daniel, de Spoon, et LP ont fait équipe, un jour, pour écrire une chanson. Ils n’avaient certainement pas prévu d’écrire un hymne politique, mais en fait, on dirait bien que c’est ce qu’ils ont fait – le genre de chanson qui ferait presque affreusement écho au moment où elle est sortie.

 

[L’oeuvre pour l’album des Spoon, ‘Hot Thoughts’ (Pensées chaudes, sexy), dessinée par Alan Hydes et Britt Daniel]

 

Début 2016, LP et Britt Daniel se sont rencontrés chez Britt pour une session d’écriture. La chanson qu’ils ont écrite ensemble était « Tear it down ». Elle apparaît sur le dernier album de Spoon, Hot Thoughts, produit par Dave Fridmann et par Spoon, et sorti en mars 2017. Alors qu’on fouillait les magazines de musique et les blogs à la recherche de plus d’informations, on a été ravi de découvrir que Britt avait révélé des détails à propos de leur processus d’écriture. Quelle aubaine ! On ne pouvait espérer rien de plus excitant pour le jour où on expliquerait les coulisses de la chanson.

 

Ils ont commencé avec le refrain. LP avait une mélodie pour ça et elle a écrit des syllabes muettes, qu’ils ont essayé de remplir avec les mots adéquats. Les paroles sont arrivées, un peu par hasard, en faisant des rimes. Ce qui est sûr, c’est qu’il n’y avait aucune intention politique au départ (et comme l’a dit Britt, il peut être très maladroit quand il décide d’écrire une chanson de la sorte) mais c’est juste venu comme ça, naturellement. Britt l’a expliqué dans le webzine ‘Drowned In Sound’ :

"Elle est arrivée avec une mélodie qui rimait avec “tear it down”, donc j’ai dit faisons ‘na-na-na-na-na-na tear it down’. Et ensuite, on s’est dit ‘OK, finissons les paroles. C’est quoi qui vient après ? qu’est-ce que nous essayons de démolir ? Un mur !’ "

 

Ils ont immédiatement pensé que ça pourrait être quelque chose d’actualité, au moment même où la scène politique américaine était en train de se muscler, avec, notamment, la candidature de Trump à l’élection présidentielle. A l’époque, cela semblait tout simplement irréel qu’il puisse gagner les élections, et à ce moment-là, il n’avait même pas encore remporté l’investiture. Donc Britt et LP hésitaient à autant orienter leur chanson dans ce sens là – l’album ne sortirait qu’en 2017, donc entre temps, les paroles seraient dépassées, et Trump et son idée ridicule de construire un mur à la frontière mexicaine auraient été oubliés depuis longtemps. Mais ils ont quand même continué sur cette voie. Ils étaient contents du résultat et ça l’a vraiment fait avec la chanson sur l’album. Et une année plus tard, quand l’album Hot Thougts est sorti, il se trouve que la réalité politique aux EU était bien différente de ce à quoi beaucoup s’attendaient. Avec cet éclairage-là, le refrain qu’ils ont écrit ne pouvait mieux tomber à point nommé :

 

Faisons leur construire un mur autour de nous
Je m’en fous, je vais le démolir
Ce sont juste des briques et des mauvaises intentions
Ils n’ont aucune chance
Je le détruirai

 

Le reste de la chanson est venu plus tard, et Britt a dit que les paroles avaient été inspirées par une attaque terroriste. Il a décrit ce processus particulier d’écriture comme des dominos qui tombent les uns sur les autres, quelque chose qui se produit graduellement.

La plupart des critiques ont trouvé la chanson géniale, la décrivant comme ‘quasi parfaite’ (jhubner music) et l’ont désignée une des meilleures chansons de l’album (Virgins and Philistines, Live Taos, The Daily Free Press, entre autres). Un commentaire du blog The Music and Food a attiré notre attention :

Enfouie dans les bas-fonds de la face B, voici “Tear It Down” qui, je pense – peut-être – pourrait être la meilleure chanson enregistrée par Spoon. Oui […] elle est, au bas mot, LA chanson de Spoon (toutes mes excuses, bien sûr, à ‘The Way We Get By’). C’est un pur concentré de tout ce que fait Spoon, très précise et parfaitement composée.

 

Pour nous, il y a quelque chose dans le mid-tempo de la chanson et dans sa mélodie brute et presque entraînante, qui nous fait penser aux années 60 anglaises et au Merseybeat [terme associé aux groupes et chanteurs originaires de Liverpool, à côté de la rivière Mersey NDLR]. Et peut-être, de même que le rythme britannique des années 60 a été influencé par des artistes américains de la fin des années 50, il s’est passé le contraire pour ‘Tear It Down’, l’inspiration a été un petit peu puisée chez les Beatles. Il n’y a pas d’accroche claire de la chanson et le refrain est agréablement sobre, il n’explose pas soudainement dans votre tête, comme souvent pour les chansons de protestation. Mais d’une certaine manière, il s’avère accrocheur. Au début, tu essaieras de te souvenir d’une bribe de la mélodie, et les jours et semaines suivants, tu te réveilleras avec le refrain complet en tête.

 

Dans l’interview qu’elle a donné au blog Idolator en février 2017, LP a dit qu’elle était excitée d’avoir une chanson sur leur album parce que c’est un groupe de rock vraiment cool. On l’aime vraiment beaucoup – la chanson, et l’album entier en fait. La touche électro sert la musique de manière surprenante, et cela nous fait penser à encore un autre parallèle, avec les Pet Shop Boys cette fois. En même temps, le son ‘soul’ de Spoon et le côté indépendant américain est clairement prononcé aussi. Ce mélange est à la fois intéressant et un peu inattendu. Et avant même que le passage jazz qui clôt l’album ne finisse de s’éteindre (on ne peut pas s’empêcher de penser à Pink Floyd pour celui là), tu entends déjà ce murmure familier qui demande d’écouter « Tear It Down » une fois de plus.

Écrire commentaire

Commentaires: 0